Melaine Dalibert

dimanche 19 septembre
Eglise Saint Etienne

Melaine Dalibert

dimanche 19 septembre – Eglise Saint Etienne

Melaine Dalibert est un pianiste et compositeur français né en 1979.
Premier concert à 8h (oui oui le matin): Musique pour le lever du Jour, Lieu annoncé prochainement
Second concert à 15h30 à l’Eglise Saint Etienne de Niort.
Activement engagé dans la diffusion du répertoire contemporain (il donne en première représentation des œuvres de Gérard Pesson, Giuliano D’Angiolini, Tom Johnson, Sébastien Roux…), il mène parallèlement un travail de composition essentiellement centré sur son instrument, et qui entremêle la radicalité de processus répétitifs et algorithmiques avec des influences beaucoup plus populaires : dans ses concerts, drones pianistiques alternent avec pop-songs hypnotiques aux harmonies post-modernes. 

Il collabore régulièrement avec des musiciens comme Will Guthrie, Joachim Florent, son frère Elie Dalibert (notamment avec le quartet Unicorn), Manuel Adnot, Stéphane Garin, Sylvain Chauveau, l’Ensemble 0. Passionné par les arts visuels, il s’est associé à des artistes comme Véra Molnar, François Morellet, Marcel Dinahet ou Jacques Perconte lors d’expositions. Il se produit dans de nombreux festivals (Newport contemporaries Music Series, festival Variations, la Route du Rock, festival Frim-Syd, festival Musica, festival Autres Mesures, Baignade Interdite…) et centres d’art (Opéra de Rennes, opéra de Nancy, CCAM, CAPC, Collège des Bernardins, Moulin du Roc, Lieu Unique, Frac Bretagne, La Criée, Domaine de Kerguehennec, Palais de Tokyo, Kunsthalle de Brême, musées des beaux-arts de Rennes, Rouen, Caen…). 

Il a signé quatre albums de ses compositions chez Another Timbre (UK) et Elsewhere Music (USA)  qui font l’objet de diffusions radiophoniques régulières (Radio France, BBC, RAI, RTBF, KEXP…) et salués par la critique (« Musique pour le lever du jour » élu parmi les 100 meilleurs disques de l’année 2018 par France Musique). 

« <compositions » by French pianist Melaine Dalibert, is a warm stream of harmonious ripples that echoes the graceful postclassical music of Max Richter, Ólafur Arnalds, Jóhann Jóhannsson, etc, but the economy and precision, combined with Dalibert’s calm hands on the keys, put it on a whole other level of beauty. » Derek Walmsley, THE WIRE, Novembre 2019.